kinésithérapeute marche en famenne kinésithérapie kiné

La/Le kinésithérapeute pratique la thérapie par le mouvement. Elle/Il réalise des mobilisations actives et passives, des méthodes spéciales de rééducation (vertébrale, fonctionnelle et psychomotrice) dans le but de renforcer, maintenir ou rétablir les capacités fonctionnelles.

Les services de kinésithérapie au sein d’Espace Anémo sont assurés par :

 

Espace Anémo - Ingrid Goderniaux, psychomotricienne

 Ingrid Goderniaux

Kinésithérapeute pédiatrique
Post-graduat en rééducations et thérapies psychomotrices

0497 70 20 69 

Suivis proposés :

  • troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité,
  • troubles des apprentissages (dyspraxie, dyslexie entre autres),
  • troubles de la coordination,
  • troubles de la latéralisation,
  • troubles du comportement,
  • troubles du développement psychomoteur,
  • haut potentiel,
  • autisme et syndrome d’Asperger,
  • enfants, adolescents, jeunes adultes.

En savoir plus …

 

Espace Anémo - Pierre-Yves Raets, kinésithérapeute

 Pierre-Yves Raets

Kinésithérapeute

0477 38 00 43

Suivis proposés :

  • kinésithérapie,
  • thérapie manuelle,
  • chaînes musculaires,
  • fasciathérapie.

La fasciathérapie, pour qui ? (troubles aigus ou chroniques, d’ordre sportif ou non) :

  • Affections des organes moteurs, pathologies du dos et de la nuque, des muscles et articulations, etc.,
  • Troubles fonctionnels (système moteur ou digestif,  fibromyalgie),
  • Accompagnements dans les situations de burn-out, dépression, processus de deuil, de transformation, de séparation, troubles de perception et de l’attention, etc.

Pour plus d’informations sur la fasciathérapie, nous vous invitons à visiter le site internet de la fasciathérapie en Belgique (dont le texte suivant est extrait).

La fasciathérapie englobe à la fois une composante physico-médicale curative et une composante thérapeutique éducative et axée sur la personne. Elle vise à :

  • éliminer tous les facteurs qui perturbent le modèle de mouvement et à optimiser le modèle de mouvement,
  • faciliter le fonctionnement de la personne dans son environnement.

La fasciathérapie se fonde sur des découvertes récentes dans les mécanismes d’apparition de douleurs physiques qui ont mené à des modèles physiopathologiques théoriques tenant compte de l’interaction entre des modifications biologiques structurelles, des dérèglements physiologiques et des facteurs psychologico-émotionnels.

Les particularités des fascias et leur collaboration avec le système ergotrope/trophotrope expliquent que ceux-ci peuvent remplir des fonctions centrales dans ce cadre. Les fascias ne sont pas de simples éléments passifs. Dans la recherche en la matière, ils sont considérés comme un organe omniprésent qui réagit aux stimulations mécaniques (pression, étirement, mouvement), chimiques et neurogènes. L’activité neurophysiologique lors du mouvement, la conscience de celui-ci ainsi que le rôle joué par les fascias dans ce cadre sont de plus en plus clairs.

Les fonctions des fascias dans le domaine de travail du kinésithérapeute/fasciathérapeute :

  • répartition de la force lors de la contraction des muscles,
  • coordination du mouvement,
  • perception du mouvement, perception du corps et perception de soi,
  • fonction vasculaire,
  • rôle des systèmes physiologiques dans le système de stress en raison de son lien étroit avec le système neurovégétatif.

Ces modèles et données théoriques se traduisent également dans une application kinésithérapeutique, à savoir celle de la fasciathérapie. La fasciathérapie est une forme de kinésithérapie axée sur la personne et qui repose sur les fascias. Ceux-ci peuvent être traités de façon thérapeutique par le biais de techniques manuelles, de mobilisations et de rééducation selon la perturbation de leur fonction. La fasciathérapie consiste dans des techniques et mobilisations manuelles, une thérapie de mouvement et un accompagnement (conseil et assistance).

Les spécificités de la fasciathérapie se situent à quatre niveaux :

  • les caractéristiques des techniques manuelles,
  • l’importance de la perception dans l’acte thérapeutique,
  • le modèle biomécanique autour duquel s’articule l’approche de la thérapie de mouvement et d’exercice,
  • le cadre éducatif et le protocole dans lesquels se déroulent la thérapie/l’éducation avec proprioception et auto-apprentissage.

Texte extrait de http://facia.be le 03 juillet 2017.